Comment le cerveau fait-il pour nous permettre d’apprendre ?


Frédéric Alexandre travaille à l’INRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique) et effectue des recherches sur la cognition et le comportement. Au cours d’une de ses récentes conférences, il a détaillé sa vision du principe d’apprentissage.

ancrage mémorielFrédéric Alexandre explique que ce mécanisme a pour but de permettre à des individus d’extraire des invariants dans un monde multimodal et multisensoriel. Dit plus simplement, cela signifie qu’apprendre consiste à être capable de reconnaître des situations : si je vois un chien aboyer ou si je l’entends aboyer, je sais que j’ai affaire au même phénomène, bien que les modes de perception soient différents.Face à un trop grand nombre d’informations qui nous parviennent en permanence, le cerveau met en place différentes stratégies pour faciliter l’apprentissage. En particulier, il utilise la notion d’émotion, dans un principe d’apprentissage. Même si cela peut paraître étonnant a priori, on comprend finalement assez vite que l’on aura tendance à mieux intégrer des choses plaisantes que des phénomènes dérangeants. L’émotion est ainsi une information simple qui va jouer un rôle sous la forme de récompense à l’apprentissage.Frédéric Alexandre met aussi en avant la notion de motivation. Complémentaire de l’émotion, elle donne également une valeur à la notion d’apprentissage, mais en définissant un rôle actif : « Je veux… » De fait, agir sur les émotions et les motivations a un impact clair sur le processus d’apprentissage.Pour en savoir plus, et notamment aborder la notion de « mémoire », elle-même fondamentale dans le principe de l’apprentissage, nous vous invitons à lire l’article que le Monde a écrit à la suite de la conférence de Frédéric Alexandre et qui s’intitule : « Apprentissage, motivation, émotion : comment apprenons-nous ? »


Un commentaire

  • Nathetlecorps10
    15 juillet 2016 - 18 h 23 min | Permalien

    Merci pour cet article très intéressant sur l’apprentissage de notre cerveau.
    Bonne continuation à vous.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *